« Nous avons été conduits à l’abîme par des affirmations économiques constamment répétées, mais non prouvées »

18 Juil

Agé de 99 ans, Maurice Allais est le seul Français à s’être vu attribuer le prix Nobel français d’économie, en 1988. Dans Le Nouvel économiste du 6 juillet, Maurice Allais pose un regard peu orthodoxe sur  l’état de l’économie française et mondiale, et n’hésite pas à critiquer ses pairs : « Nous avons été conduits à l’abîme par des affirmations économiques constamment répétées, mais non prouvées. Par un matraquage incessant, nous étions mis face à des vérités établies, des tabous indiscutés, des préjugés admis sans discussion. Cette doctrine affirmait comme une vérité scientifique un lien entre l’absence de régulation et une allocation optimale des ressources. Au lieu de vérité, il y a eu, au contraire, dans tout ceci, une profonde ignorance et une idéologie simplificatrice ».

Pour Allais, le risque majeur en France est « la destruction de l’agriculture et de l’industrie françaises. Un tel risque provient du mouvement incessant des délocalisations, elles-mêmes dues aux différences de salaires entre, d’une part, des pays développés tels que ceux de l’Amérique du Nord ou d’Europe de l’Ouest, et, d’autre part, ceux d’Asie ou d’Europe orientale, par exemple la Roumanie ou la Pologne ».

Pragmatique sur le libéralisme, Maurice Allais ne fait pas non plus partie des euro-béats. En 2005 déjà, il estimait que l’abandon de la préférence communautaire, décidé en 1974 par Bruxelles, avait entraîné une réduction du taux de croissance du PIB réel par habitant de chaque pays du traité de Rome de l’ordre de 30 à 50 %. Aujourd’hui le Prix Nobel prône une réforme rétablissant les préférences régionales au sein du commerce international. « Un point essentiel tient à la définition de ces espaces régionaux, qui ne devront pas être trop vastes et devront rechercher une homogénéité interne, ce que je définis comme des ensembles régionaux groupant des pays de développement économique comparable, chaque association régionale se protégeant raisonnablement vis-à-vis des autres. »

Lire l’article

Publicités

5 Réponses to “« Nous avons été conduits à l’abîme par des affirmations économiques constamment répétées, mais non prouvées »”

  1. Alcuin juillet 18, 2010 à 10:28 #

    M. Allais a évidemment en grande partie raison.
    Je vais même plus loin dans la perversité du système:

    http://europachristiana.blogspot.com/2010/06/le-systeme-pour-les-nuls.html

  2. Festivus juillet 19, 2010 à 12:33 #

    La limite à la mondialisation sera la limite en ressources…

    l’industrie dependra des matières premières, l’agriculture ce sera une question de survie…

  3. Janus juillet 19, 2010 à 8:56 #

    Je viens de découvrir ce Blog.
    Excellent billet, peut-être un peu trop court, mais tenir un blog de qualité représente un énorme travail.
    Tous mes encouragements, je vais vous suivre.

  4. Yann juillet 20, 2010 à 7:05 #

    Le programme économique du FN se base essentiellement sur les travaux de M. Allais, juste comme ça en passant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :