Pour un « socialisme de l’excellence »

20 Juil

Lu dans Le Nouvel Economiste du 29 juin 2010, un article passionnant sur Jean-Marc Daniel, économiste de gauche à contre-courant. Le professeur à l’ESCP-Europe souhaite l’émergence d’un “socialisme de l’excellence”. Comme l’explique l’hebdomadaire, la visée de Jean-Marc Daniel est d’inventer une troisième voie après le double échec du communisme et du capitalisme en additionnant les atouts des deux systèmes, à savoir chez le capitalisme l’efficacité créatrice – “l’excellence” – et chez le socialisme l’aspiration humaine au mieux-être et à l’épanouissement. Or aujourd’hui, c’est plutôt l’inverse. Un capitalisme “sauvage” indifférent à la promotion sociale conduisant à l’impasse s’entremêle à  un “socialisme de la médiocrité”, celui consistant à prendre aux riches pour donner aux pauvres.

L’économiste porte en effet un regard sévère sur le socialisme d’aujourd’hui : « Le véritable progrès n’est pas d’abaisser la condition des riches mais de sortir les pauvres de leur condition. En renonçant à la promesse d’amélioration du niveau de vie, la voie socialiste d’alignement par le bas était inéluctablement condamnée ». Cette social-démocratie, tant vantée par nos élites, n’aiderait pas les plus défavorisés à sortir de leur pauvreté. Au contraire. « L’Etat providence est en réalité un Etat charitable qui ne se pose pas la question de son efficacité. A force d’élargir ses domaines d’intervention, cet Etat est devenu de plus en plus contre-productif au point de profiter plus aux riches qu’aux pauvres. Il fait du “Robin des bois à l’envers” (Robin Hood reverse). En outre, son financement par la dette et le laxisme monétaire est générateur d’inflation et de bulles – cela pénalise les plus démunis.” A méditer rue de Solférino.

Lire l’article

Publicités

2 Réponses to “Pour un « socialisme de l’excellence »”

  1. Janus juillet 20, 2010 à 9:02 #

    Ne pourrait-on pas appeler tout ça plus simplement un retour au Capitalisme industriel traditionnel du début du XXe siècle ?
    Quand au transfert des fonds publics vers un enseignement privé – faisant donc fonction de public – je ne vois pas en quoi cela peut améliorer le niveau de formation. Les enseignants savent bien que pour élever le niveau de réussite au Baccalauréat à 90%, par exemple, il suffit d’abaisser le niveau des épreuves.
    La civilisation peut rendre les individus égaux en droits et en chances, mais pas en compétences, les systèmes éducatifs quels qu’ils soient n’y changeront rien.

    • lekitschmoderne juillet 24, 2010 à 4:53 #

      Désolé pour cette réponse tardive Janus.
      « Ne pourrait-on pas appeler tout ça plus simplement un retour au Capitalisme industriel traditionnel du début du XXe siècle ? ». Intéressant… Cela la pose la question tant à la mode aujourd’hui qui est de savoir si la capitalisme est par essence (et donc dans sa genèse) immoral voire amoral ?
      Je ne suis pas non plus convaincu de son idée de transfert des fonds publics vers un enseignement privé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :