Fabrice Luchini : avec Muray un contre-pouvoir est possible

13 Août

Fabrice Luchini, interrogé par Christophe Barbier, dans L’Express du 8 mai dernier. L’artiste jouait alors Philippe Muray au Théâtre de l’Atelier. Voici le florilège d’une interview longue et passionnante.

Philippe Muray

« Muray dénonce les inventeurs de rêve, ces artisans de la déréalisation que sont les politiques. Seul Malraux aurait pu lui tenir tête. Peu importe que les thèses de Muray soient vraies ou fausses : on a un contre-pouvoir. »

« Il y a quelque chose de moliéresque chez Muray : il capte nos ridicules, la vanité de l’époque, la doxa. »

La littérature

« La passion de l’anxiété, de l’angoisse nihiliste, je la partage à travers mes écrivains préférés. C’est ma maladie, oui. J’avoue qu’il y a une doxa du nihilisme comme il y a une doxa socialiste, mais je crois qu’il n’y a pas de grande littérature avec des sentiments positifs, même si j’aime Rimbaud et La Fontaine, pessimiste dépassant le ressentiment. J’ai une passion pour les écrivains de la misanthropie, de la haine du nombre. Cela commence avec Flaubert, mon préféré, puis il y a le roi, l’épouvantable Céline, qui trouve une émotion musicale à partir d’une vision de l’homme immonde. On m’a envoyé une lettre de Flaubert dans laquelle celui-ci se réjouit d’un terrible orage qui s’est abattu sur Rouen : tout est cassé, il jubile. Et Céline : « Ce n’est pas que j’aime les catastrophes, mais elles s’installent chez moi avec des sortes de droits. » »

De gauche ou de droite ?

« Je ne suis pas de gauche parce que je pense que l’homme n’est pas ce que les gens de gauche pensent qu’il est. Je n’aime pas dans la gauche l’angélisme, l’enthousiasme. Je ne suis pas de droite parce qu’elle a oublié qu’il y eut une droite qui n’était pas affairiste, parce qu’elle a oublié les hussards : Antoine Blondin, Roger Nimier, Jacques Laurent… »

« Est-ce que Martine Aubry croit sincèrement qu’on est opposé à une société qui redistribuerait des richesses ? Que les Français qui ne votent pas socialiste sont ravis des inégalités épouvantables et de l’actuelle dégradation haineuse ? Qui est hostile au programme du PS : un smic augmenté, des hiérarchies douces, moins d’injustice, plus d’humanité… Les dirigeants socialistes, de Mélenchon à Hamon, défilent en héros de la lutte contre l’oppression. Je sais bien que Sarkozy est le neveu de Staline et qu’Hitler bouffait avec Hortefeux, mais, tout de même, l’oppression actuelle est relative… Quand Benoît Hamon commente un discours de Sarkozy, on a l’impression qu’il a vu des enfants écrasés par des chars impérialistes. »

« Les politiques, surtout à gauche, n’intègrent jamais l’individu. Parce qu’ils ne veulent pas que l’homme soit confronté à la magistralité de son désastre solitaire. L’homme doit être dépassé, dit Nietzsche. Or notre époque tend au béat, des gens déambulent, hagards, dans le culte du bonheur, alors que les catastrophes s’accumulent. C’est le désastre et il y a un îlot de gens hébétés, de déambulants à roulettes qui foncent dans la béatitude.»

La gauche

« Comment s’arrange-t-on quand on est de gauche, qu’on vit rue Guynemer avec vue sur le jardin du Luxembourg, qu’on a un chauffeur, un maître d’hôtel à gants blancs alors que le pays est en crise ? L’intellectuel de gauche répond : « Je lutte… » J’ai vu la gauche caviar, je l’ai haïe, elle frimait, parlait de culture tout en réglant ses problèmes de salle de bains, comme les gens de droite. Pareil. Kif-kif. Un type de gauche m’a dit : « Je ne comprends pas pourquoi la classe moyenne ne pense qu’à consommer. » Ou encore : « Pourquoi ta femme de ménage a-t-elle un 4 x 4 ? » Pauvre couillon ! De quel droit juges-tu ? « Comment peux-tu dormir alors que l’Afrique crève ? », dit-il. Et toi, tu te réveilles souvent la nuit pour les Africains, espèce de fiente ? Je suis comme Cioran : « Je ne peux pas avoir de pitié, mon moi a tout absorbé. » J’exècre la pensée correcte de gauche. »

La droite

« La droite est morte, elle n’a plus que faire des enfants comme objectif. Où est Paul Morand ? Où sont de Gaulle, Raymond Aron ? On n’a même plus la droite du cigare, du pinard et du cholestérol : « Tu délocalises beaucoup ? Moi, j’ai niqué les Chinois. » C’est fini. C’est pour ça que je suis moins agressif avec la droite : elle n’existe plus. »

Lire lintégralité de l’interview de L’Express

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :