Sur des escarmouches annonciatrices, par temps de polices idéologiques privées

15 Nov

Communiqué du parti de l’In-nocence mis en ligne sur son site le vendredi 12 novembre.

Le parti de l’In-nocence constate sans surprise que le chanteur de variétés M. Florent Pagny n’a pas tardé à rentrer dans le rang avec force excuses, suite au tollé orchestré par les milices idéologiques de la contre-colonisation en marche et à leurs menaces coutumières, porteuses de mort civile, pour les insoumis, de mort médiatique, de mort professionnelle et qui sait, peut-être bientôt de mort tout court, comme aux Pays-Bas. Le contrôle tatillon et bien sûr totalement unidirectionnel de la correction idéologique de chacun, la peur qu’il fait régner, le silence imposé sur la plus grave menace qu’ait subie notre peuple au cours de son histoire, n’ont pas manqué de contraindre cet homme de spectacle au reniement de ses paroles, qui n’avaient d’autre tort que d’avoir soulevé, peut-être par accident, un pan du voile sur la réalité que subissent jour après jour les plus exposés de nos compatriotes, et dont nous savons maintenant comment la fuient les plus favorisés.

Le parti de l’In-nocence note que, pendant ce temps, les incidents survenus au collège de Craon révèlent ce que produit de réensauvagement automatique le transfert des jeunes nocents de la ligne de front vers les zones rurales encore un peu épargnées, là où se réfugient de plus en plus ceux de nos concitoyens qui en ont la possibilité. Il voit dans ces incidents ridiculement maquillés dans leur réalité ethnique les escarmouches annonciatrices de la bataille ultime pour imposer dans toutes les parties de notre territoire le même désastre, la même conquête, la même substitution de peuple et de civilisation, intention confirmée par les projets annoncés de diffusion volontariste de populations dites « diverses » en les campagnes les plus reculées. Il ne s’agit de rien d’autre, sous prétexte de « social », que de l’organisation jusqu’au-boutiste de la submersion du peuple hôte, rendue possible par la grande déculturation qu’il a subie et par l’enseignement de l’oubli (y compris sous le nom de « devoir de mémoire »). C’est de la liquidation systématique de son mode de vie traditionnel qu’il est à présent question, de la destruction de sa société sur tout son territoire sans la moindre enclave de sauvegarde, de la fin de son histoire propre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :