Luchini, un néo-réac pour Christophe Conte

4 Août

« T’es plus mon copain, sale réac ! ». C’est en substance ce que débagoule Christophe Conte, fier comme un gamin, dans un courrier public (oxymore qui n’en est aujourd’hui plus un) à l’attention de Fabrice Luchini. Ce chef de rubrique aux Inrocks publie son réquisitoire sur son blog au nom terriblement rebellocrate (cf Philippe Muray), Carrément Méchant. Le pêché de Luchini : avoir assimilé dans Le Figaro le festival d’Avignon à une secte. Pour Christophe Conte, ce fut la petite goutte qui fit déborder le vase de son indignation. Voici mon passage préféré de ce fastidieux catéchisme postmoderne.

« En venant à la rescousse d’une polémiste du Figaro, ce journal qui est devenu ton miroir, Beaumarchais bon marché, pour déclarer que le Festival d’Avignon était désormais « le lieu d’une secte », tu t’es clairement rangé derrière la pancarte des néoréacs qui voudraient figer la France dans le formol artistique de l’avant-chienlit gaucho-décadente. A croire qu’à force de te faire le porte-voix de charognes talentueuses comme Céline ou Philippe Muray, leur venin t’était monté au citron pour ressortir, à peine mentholé d’une bonhomie de surface, par l’orifice de ta grande gueule. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :