Tag Archives: fractures françaises

La fable de la mixité urbaine

19 Oct

Dans une tribune publiée dans Le Monde Christophe Guilluy, géographe et auteur du réputé Fractures françaises, démonte le mythe de la mixité. L’analyse est connue mais espérons que le caractère indépendant du signataire et la nature gaucho du journal permettront d’ouvrir les yeux d’un plus grand nombre.

« Convaincus de la supériorité du modèle républicain, en comparaison du modèle communautariste anglo-saxon, nous nous sommes longtemps bercés d’illusions sur la capacité de la République à poursuivre, comme c’était le cas par le passé, « l’assimilation républicaine ».

La réalité est que, depuis la fin des années 1970, ce modèle assimilationniste a été abandonné quand l’immigration a changé de nature en devenant familiale et extra-européenne (pour beaucoup originaire de pays musulmans). Alors que l’on continuait à s’enorgueillir du niveau des mariages mixtes, les pratiques d’évitement explosaient.

Aujourd’hui, le séparatisme culturel est la norme. Il ne s’agit pas seulement d’un séparatisme social mais d’abord d’un séparatisme culturel. Pire, il frappe au coeur des classes populaires. Désormais, les classes populaires d’origine étrangère et d’origine française et d’immigration ancienne ne vivent plus sur les mêmes territoires. Les stratégies résidentielles ou scolaires concernent une majorité de Français, tous cherchent à ériger des frontières culturelles invisibles. Dans ce contexte, la fable des mariages mixtes ne convainc plus grand monde et ce d’autant plus que les chiffres les plus récents indiquent un renforcement de l’endogamie et singulièrement de l’homogamie religieuse.

[…]

Si un islam identitaire travaille les banlieues, l’adhésion pour les thèses frontistes d’une part majoritaire des classes populaires de la France périphérique souligne que la question sociale est désormais inséparable de la question culturelle. »

Sur le même sujet :

Fractures françaises, de Christophe Guilluy

Paul Thibaud : L’immigration, parlons-en !

Paul Thibaud : L’immigration, parlons-en !

6 Fév

Lu dans Marianne. L’immigration en France vue par le philosophe Paul Thibaud, ancien directeur de la revue Esprit. Une analyse clairvoyante reprenant le travail du géographe Christophe Guilluy (Fractures françaises), aux antipodes de la pensée kitsch moderne. Extraits.

« Il y a aujourd’hui une immigration familiale, dont fait partie le mariage au pays, qui entretient son flux. Elle est d’emblée moins instruite et plus en marge de la société d’arrivée que les précédentes. Cette immigration, étudiée par Hugues Lagrange, n’est pas toute l’immigration, mais la dernière couche, celle qui pose les problèmes les plus flagrants, qui se concentre dans les zones urbaines sensibles (ZUS) où elle attire les suivants, où elle garde (polygamie, famille patriarcale et autoritaire, natalité élevée, culture musulmane) les mœurs du pays d’origine. Les enfants de cette immigration, dit Lagrange, ont été particulièrement actifs pendant les émeutes de 2005. »

« Ce qu’il faut affronter, c’est la séparation géographique – souvent volontaire – entre deux catégories de pauvres, les autochtones et les arrivants, une fracture sans précédent au sein du peuple. »

« On voit donc que le multiculturalisme souvent évoqué est le nom d’une séparation, d’un problème, et non d’une solution. Qu’il y ait, qu’il y ait toujours eu, de l’hétérogénéité sociale et culturelle n’empêche pas qu’il y a nécessité et urgence de développer du commun, faute de quoi le multiculturalisme produit une libanisation et non l’enrichissement mutuel promis. »

Lire l’article en intégralité

Fractures françaises, de Christophe Guilluy

5 Déc

Sortie de Fractures françaises, écrit par le géographe Christophe Guilluy.

Présentation de l’éditeur : Des banlieues aux zones rurales, des métropoles aux petites villes, dans quel état se trouvent les couches populaires, après vingt ans de mondialisation ? Dans Fractures françaises, Christophe Guilluy nous propose une leçon inédite de géographie sociale. S’appuyant sur sa discipline, il révèle une situation des couches populaires très différente des représentations caricaturales habituelles. Leur évolution dessine une France minée par un séparatisme social et culturel. Derrière le trompe-l’oeil d’une société apaisée, s’affirme en fait une crise profonde du  » vivre ensemble « . Les solutions politiques et une nouvelle attitude sont possibles, pour peu que les nouveaux antagonismes qui travaillent la société soient reconnus et discutés publiquement. Il y a urgence : si la raison ne l’emportait pas, les pressions de la mondialisation qui élargissent les fractures sociales et culturelles risqueraient de faire exploser le modèle républicain.

Sur ce sujet : http://www.nonfiction.fr/article-4011-un_manifeste_pour_une_geographie_de_la_vigilance.htm 

http://www.lesinfluences.fr/Cette-France-pas-vue-a-la-tele.html

http://www.causeur.fr/clichy-sa-mere,7724